Se guérir autrement

 

Cette citation de Platon illustre parfaitement le livre de Marie Lise Labonté , « Se guérir autrement c’est possible ; Comment j’ai vaincu ma maladie ». Elle raconte son évolution psychologique face à sa maladie, l’arthrite rhumatoïde,  les étapes qu’elle a traversées et les prises de conscience progressives qui lui ont permis de retrouver la santé.

 

Dans un premier temps, elle explique qu’elle a  lutté contre sa maladie, par peur de  ressentir la douleur, ce qui l’a mise dans un état dépressif persistant . Elle a rencontré la peur, la tristesse, le désespoir, la colère contre la maladie.

Puis elle a tenté de fuir la maladie. Etre malade donnait un sens à son existence et  finalement la rendait presque heureuse. Elle était reconnue comme étant victime et donc acceptait mieux cette position de malade. De cette façon, elle pensait sortir de la programmation familiale.

Enfin, quand elle  s’est sentie vraiment seule face à sa maladie,  elle a commencé  à chercher une solution.

« Vous seul avez la clé de comprendre le corps que vous habitez, mais l’habitez- vous ?  »                    Marie Thérèse Bertherat

 

Marie Lise Labonté comprends qu’elle est morcelée. Elle a donné sa tête au psychologue, son corps aux médecins et son coeur à ses parents.

  • L’antigymnastique

Avec l’aide de MT Bertherat, elle entreprends de travailler avec son corps, par le mouvement et la relaxation,  à la place des médicaments. Le plus douloureux dit-elle, n’est pas la douleur mais de refuser de cette douleur. Le plus dur, c’était d’aller à la rencontre de ce qui faisait mal, du corps vers l’esprit, pour guérir. Elle comprends que le médicament qui lui évite d’avoir mal, l’emmure dans sa douleur qui devenait  de plus en plus destructrice : son système immunitaire baisse  et l’attire dans le désespoir.

  • Les cuirasses

La maladie ne se développe jamais seule, elle est soutenue par son milieu. La maladie est donc une compensation  à ce  système douloureux. Le but est alors d’ enlever les protections ou les barrages pour retrouver l’auto- guérison que le corps peut faire naturellement. Ces barrages, elles les nomment  des « cuirasses ». C’est comme une carapace fabriquée inconsciemment, une protection contre les attaques, parfois  depuis la gestation. Ces cuirasses se développent par réflexes de survie. Pour guérir il faut passer à travers ses couches de protection pour retrouver le potentiel de vie.

  • La thérapie psychocorporelle

Les cuirasses sont maintenues par nos croyances, nos pensées limitatives qui nous enferment et aussi par des déchets chimiques ou synthétiques qui bloquent dans les cellules les traumatismes. La thérapie psychocorporelle aide justement à faire ce travail de prise de conscience des cuirasses et des barrages et à procéder à leur élimination par le système digestif.  Pour obtenir des transformations concrètes, il faudra  défaire les croyances,  les peurs et éliminer  les déchets (toxiques, synthétiques, …)  au cours de chaque séances de thérapie afin que la régénération puisse se faire.