Le secret : toujours communiquer

En amour, en amitié,  il faut toujours communiquer. C’est la base de toute relation réussie.

Communiquer en se parlant avec sincérité,   permet de sortir du fantasme et de se confronter au réel. Cela donne les chances de  réaliser ses désirs, de satisfaire ses attentes et ses besoins.  C’est aussi une occasion d’harmoniser la relation, de se mettre a égalité sans que l’un domine l’autre. Car dans le refus de parler, il y a inconsciemment, volonté de dominer la situation en la fuyant.

  • Il ne faut jamais laisser passer les occasions de parler

Il ne faut jamais laisser passer les occasions de se parler  : d’abord parce que refuser de répondre laisse l’autre dans le vide et dans l’attente, indéfiniment. Et ensuite parce que ce n’est pas respectueux de celui qui a fait l’effort de tendre la main et qui avait le courage de se confier.

  • Découragement et abandon

Ne pas communiquer, refuser de se parler génère des non-dits et des malentendus qui inévitablement conduisent au découragement et enfin à l’abandon. Découragé par des occasions ratées, on fini par abandonner la relation qui mène nulle part puisque chacun reste dans son monde. Dans un couple, le manque de communication sincère entraine souvent un retrait émotionnel qui provoque lentement une perte totale d’intérêt.

  • Des regrets

Enfin, cela fait le lit des regrets. Certaines personnes ont passé leur vie à regretter de ne pas avoir parlé quand il le fallait a une personne aimée. Leur chemin s’est  séparé. Ils sont allés vers une destination décevante sans jamais pouvoir retrouver leur lumière intérieure.

Ce n’est pas l’amour aussi merveilleux soit-il qui permet à deux êtres qui s’aiment de rester ensemble dans une vie. C’est la qualité de la communication, la richesse des échanges et la vitalité des partages qui nourriront leur relation et la maintiendront vivante. 

Jacques Salomé 

*Photo « Vacances romaines » avec Audrey Hepburn et Gregory Peck

Médicaments, alcool, drogues, quelles conséquences ?

Je voudrais aborder aujourd’hui un phénomène que l’on pourrait considérer comme banal et qui pourtant, insidieusement, a beaucoup plus de conséquences fâcheuses que l’on imagine.  La réponse  médicaments, anxyolitique, verres d’alcool ou prise de drogue face à une émotion intense est un fonctionnement qui soulage sur l’instant mais qui installe la personne dans un cercle vicieux, qui fait tourner en rond inévitablement.

  • L’ecole de la Vie

La vie sur terre n’est pas toujours facile, on est tous d’accord sur cela ! C’est une école qui nous demande constamment d’expérimenter de nouvelles façons de vivre, de nous dépasser et d’explorer des endroits ou des facettes de nous même que l’on connaît peu voire pas du tout. C’est notre mission d’âme et personne n’y échappe.  Si on essaie de fuir ces missions qui s’imposent à nous, la vie se charge de nous resservir le même scénario à l’infini et elle a toute la vie pour cela !  Jusqu’à ce qu’on arrive à dépasser nos frayeurs, nos blocages et que l’on réalise notre mission.

  • Un brouillard isolant 

Alors quelles sont les conséquences dans le corps et la psyché quand une personne répond à toutes ses émotions fortes par un Lexomil, du cannabis ou un verre de whisky ?  Ces substances ont pour effet de couper l’individu de ses ressentis, de l’empêcher de ressentir et de placer la conscience dans un brouillard. Cela va créer une sorte de nuage gris isolant : Plus de ressentis émotionnels, plus de pensées lucides,  plus d’analyses, plus de désirs….

Les problèmes que cela engendre sont pernicieux car quand on s’en rend compte, il est souvent trop tard et les habitudes sont installées. C’est confortable ! Mais malheureusement, ces substances chimiques qui isolent des peurs, des tristesses ,  isolent aussi du plaisir et de tout ce qui est agréable.

Les molécules chimiques ne trient pas !! Elles isolent, elles coupent.  Point.  Du mauvais… mais aussi du bon !

Cela va donc mettre la personne dans une vie vide d’émotions, vide de sens, vidée de ses plaisirs affectifs et  sensoriels, vide de désirs et cela, dans tous les domaines. Cela va impliquer aussi la vie professionnelle : perte de créativité, perte d’enthousiasme, de  motivation…

  • La pensée tourne en rond

La molécule chimique dans son fonctionnement va aussi bloquer l’eau du corps car le corps ne reconnaît pas ces molécules. Ainsi, dans les cerveaux,  elle va entrainer un fonctionnement de pensées et d’action qui tourne en rond. La pensée revient toujours à son point de départ sans pouvoir évoluer vers autre chose. Le schéma se répète indéfiniment.

Inconsciemment, c’est aussi, ce que demande l’individu au médicament : « Je ne veux pas voir, je ne veux pas savoir, je ne veux rien changer, je veux tourner en rond…. »

  • Des solutions existent

Pour sortir de ce cercle vicieux et arrêter de tourner en rond dans sa vie, il existe des solutions comme parler, exprimer ses peurs, ses craintes,  ses états d’âme à une personne qui sait écouter et comprendre sans juger. Cela fait beaucoup de bien de pouvoir dire ce que l’on a sur le cœur et soulage les peurs et les craintes. On se rend compte alors que la réalité est bien plus facile à vivre que ce que notre mental fabrique ! Et qu’il y a des solutions a tout.

Nous pouvons réfléchir  en séance et chercher ce qui peut expliquer ces comportements et programmer l’individu a répéter ce fonctionnement fuite  en explorant plusieurs pistes comme la naissance, l’héritage familial,  un modèle donné où le médicament et/ou l’alcool permettent de fuir la réalité….

Avec cela, le travail de thérapie psychocorporel permet de libérer les cellules des schémas de pensées figées, des déchets chimiques bloquant et des fonctionnements douloureux car répétitifs.

 

 

L’eau, la matrice du vivant


L’eau est l’élément le plus important de notre planète puisqu’elle recouvre 70% de la surface du globe.
L’histoire de la vie s’est déroulée a 90% dans les océans et la première forme de vie sur notre planète, la première cellule se développe dans l’eau de mer.  Cette eau marine bénéficie de différents apports : le soleil, le brassage par les courants, la lune, des composants chimiques, des sels minéraux.. En définitive, cette eau est chargée d’informations diverses.

De même, nous les humains, nous nous développons pendant 9 mois de gestation dans l’eau, une eau qui a des  composants identiques à l’eau marine.
Et comme  notre planète, le corps humain est constitué de 70% d’eau. Et 99% des molécules constituant notre corps sont des molécules d’eau H2O.

  • La base de la vie, c’est l’eau

L’eau a un rôle fondamental pour préserver la santé. C’est elle, en effet, qui permet de réaliser toutes les fonctions de l’organisme : digestion des aliments, circulation du sang, élimination des déchets, régulation de la température interne, etc… Lorsque nous nous coupons le doigt, les liquides organiques amènent vers la coupure les éléments nécessaires à la cicatrisation. C’est physiologique et naturel.

Nos larmes sont salées parce que tout notre organisme est imbibé d’une eau légèrement salée nécessaire au bon fonctionnement de nos cellules. Nous avons besoin de sels minéraux dissous dans l’eau pour vivre. Et tous les sels minéraux présents dans l’eau de mer le sont dans des proportions similaires à celle des liquides extra-cellulaires et du plasma sanguin de l’organisme humain. C’est ce que René Quinton appelait l’identité marine. L’eau est notre identité.

  • La digestion des émotions grâce à l’eau

L’eau est nécessaire au processus de digestion : De la salive dans la bouche aux sucs gastriques de l’estomac, du transport des nutriments par le sang jusqu’à l’élimination des déchets par les reins et le colon.
Nous avons donc besoin que notre eau circule pour que fonctionne notre système digestif ainsi que l’élimination et la régénération.

Notre estomac digère beaucoup de choses : des aliments bien sur mais aussi et on l’oublie souvent, les émotions.

Une peur,  un choc sont  vécus avec le corps : notre estomac se serre, nos poings se crispent, nos muscles se tendent.. L’eau de notre corps va s’imprègner et mémoriser la peur. Si notre système digestif ne fait pas le travail de digestion à la suite de ces peurs, celles-ci vont  continuer d’exister dans nos cellules et s’activer dés qu’une situation semblable se représente.
Les traumatismes vont s’inscrirent dans le corps sous forme de molécules de plus en plus compliquées et rigides. Ces molécules vont se déposer sur les membranes, les articulations, les nerfs, la lymphe, etc. et finir par bloquer la circulation de l’eau dans notre corps. Elles vont alors constituer des programmes de mémoires  douloureux et répétitifs.
Nous avons oublié que nous avions ce pouvoir de digestion des émotions négatives et donc de libération et de transformation de notre état émotionnel.

  • Digérer grâce au travail psychocorporel

Le travail de thérapie psychocorporel propose de retrouver ce pouvoir personnel de digestion des émotions, de libérer les mémoires cellulaires très anciennes, cela même quand les souffrances ont été héritées de nos parents et grands parents.
Retrouver son pouvoir de digestion des mémoires bloquées dans les cellules, c’est sortir de la dépression bloquée depuis longtemps et activer la transformation véritable.
C’est retrouver la joie de vivre.

Et comme il est dit dans le documentaire « Water, le pouvoir secret de l’eau » : « Rien dans le monde n’est plus souple et plus faible que l’eau. Mais pour enlever le dur et le fort, rien ne la surpasse. »

Ressentir

Nous connaissons tous nos cinq sens dont notre corps est pourvu : l’ouïe, l’odorat, le goût, la vue et le toucher. Ils sont dotés d’influx nerveux, d’organes sensoriels, d’os, qui transmettent des vibrations et des informations à notre cerveau qui se charge de les analyser et de les comprendre.

Grace à nos sens, nous pouvons ressentir dans notre corps diverses émotions et de multiples sensations qui vont nous informer plus précisément sur la nature de l’expérience que l’on est en train de vivre : Plaisir ou douleur.

  • Développer nos ressentis

Le travail de psychothérapie lié au corps va permettre de libérer nos sens, d’en développer leur capacité et de se reconnecter à ces multiples informations qui nous traversent. C’est une façon de développer nos sensations personnelles et d’augmenter notre communication non verbale avec les êtres vivants, humains, animaux mais aussi les végétaux et parfois le minéral.

  • Mine d’informations

Augmenter et développer nos ressentis corporels est d’un grand intérêt pour nous les humains car ils nous permet d’avoir accès à des informations que le mental nous coupe.
Par exemple, l’intuition, c’est souvent une première pensée, fulgurante, qui arrive avant les préjugés, le raisonnement. Elle n’est accompagnée d’aucune émotion et on ne peut pas l’expliquer ou la justifier. Malheureusement, on l’écoute rarement car le mental prend rapidement le dessus en nous faisant croire que c’est n’importe quoi, ou que c’est impossible.
Mais l’intuition peut aussi s’exprimer par le corps. A l’occasion d’une rencontre ou d’une nouvelle expérience, on peut ressentir dans son corps la joie, l’enthousiasme, ou alors la peur dans le ventre, une angoisse au plexus. Ces informations en réalité nous préviennent de la suite et nous disent Go, Stop ou Prudence !!

  • Lâcher le contrôle du mental

Finalement, l’important est d’essayer de lâcher le contrôle et la lutte dans le mental pour laisser parler nos ressentis corporel et intuitifs. Cela peut nous guider vers de très belles expériences qu’on hésiterait à tenter…ou nous éviter des échecs douloureux.
Toutefois, l’échec serait quand même positif car il serait utile aux prises de conscience concernant notre fonctionnement personnel.
Pour lâcher le contrôle mental, il convient d’apprendre à revenir dans son centre, dans son ventre. La méditation est une aide, le sport en est une autre,…
Il faut parfois reconnaître en conscience notre peur de ressentir dans notre corps. Peur de ressentir la peur, peur de ressentir la douleur, peur de ressentir trop de plaisir. Dés lors, avoir  conscience de notre peur de ressentir permet de défaire cette peur, de la neutraliser et donc pouvoir accéder plus souvent à nos ressentis.

La révolution de l’Esprit

Pour bien commencer cette nouvelle année 2018,  que je vous souhaite sereine et douce, je vous transmets cette video de Tistrya. « La révolution de l’esprit ».

Les intervenants expliquent chacun un peu à leur façon, la direction que je prends  dans mes séances dans l’accompagnement de mes patients. L’important est de modifier nos pensées « racines » , celles qui viennent de loin et dont nous n’avons plus conscience,  pour transformer notre présent.

Je vous souhaite un agréable moment….

 

 

 

Le solstice d’Hiver

Hier, nous étions le 21 décembre, jour d’équinoxe d’Hiver. C’est un des jours les plus important de l’année puisqu’il est le jour qui nous rend la lumière.

L’année 2016 se termine dans une grande accélération. Tout ce qui a été semé dans le passé se récolte aujourd’hui à grande vitesse et parfois de façon très surprenante. Tout ce qui était encore plus ou moins conscient remonte à la surface et demande à être corrigé, libéré ou pacifié.

Cette fin d’année nous impose un grand ménage dans nos relations, dans nos possessions matérielles comme dans nos projets de vie.

Il est vrai qu’en numérologie, 2016 était une année 9, fin de cycle !

L’année 2017, année 1, marque donc le début d’un nouveau cycle de 9 ans. Cette nouvelle année s’annonce prometteuse !

C’est un nouveau cycle où chacun aura l’occasion de prendre sa place, sans empiéter sur celle de l’autre, tout en collaborant ensemble à la création d’un nouvelle Terre. Trouver sa place et la prendre représente souvent la quête d’une vie. Mais les impulsions de notre époque nous précipitent sur le bon chemin.

Tous cela implique de se reconnaître soi-même : Qui suis je ? Qu’est ce que je suis venu exprimer durant cette vie ? Quels sont mes talents, mes dons, mes qualités ? Pour manifester l’Amour, la Joie, la Beauté ici et maintenant.

Obtenir les réponses à ces questions fait partie de notre chemin de vie.

Dans tous les cas, dés aujourd’hui, il est bon d’accepter de bouger de quelques degrés, de prendre un grand virage de coté voir, de faire ½ tour pour être soi-même.

La vie est constamment en mouvement donc nous aussi, nous devons l’être.

C’est ainsi qu’on accède au Bonheur.

Très bonne fin d’année 2016 à tous ….

20161127_162106_005

L’eau, passeuse de conscience

Notre physiologie repose sur l’eau

Dans la thérapie psycho-corporelle que je propose, l’eau de notre corps est la base du travail.
En effet, la première forme de vie sur terre, la première cellule, est apparue dans l’eau. Le foetus humain, lui aussi, se développe dans l’eau (le liquide amniotique) et le corps humain est composé essentiellement de molécules d’eau. (99%)
L’eau est donc notre origine et notre identité. On en déduit alors que l’eau est le support de la conscience et donc de notre âme.
C’est pourquoi nous devons nettoyer, dépolluer et libérer l’eau de notre corps de tous les déchets toxiques accumulés pour que la vie circule plus facilement en chacun de nous. Plus notre eau est libre et circulante, plus nous sommes en connexion avec notre âme, et donc , plus nous pouvons donner un véritable sens à notre vie.

Un article diffusé par INREES reprend ces affirmations en utilisant d’autres termes, plus scientifiques en lien avec la physique quantique…en voici un extrait.

 » L’apparition de la conscience au cœur du vivant reste un mystère à élucider. Pour le Pr Marc Henry, l’eau, composante majeure de nos physiologies, pourrait détenir des clés surprenantes.

L’eau participe forcément à l’apparition de notre conscience », révèle Marc Henry, professeur de chimie à l’université de Strasbourg et chercheur associé au CNRS. La vie est née dans l’eau et celle-ci est bien plus qu’un simple liquide corporel. Composante majoritaire et intime de notre être, elle fait non seulement 70 % de notre poids – soit les 3/4 de notre corps – mais « elle compte pour 99 % du nombre de molécules qui composent nos cellules », souligne ce spécialiste de l’eau. Plus petites en taille, écrasantes en nombre, les molécules d’eau sont notre matière première fondamentale.

Pourtant, nos modèles de compréhension du vivant sont souvent envisagés de manière anhydre. Nous représentons par exemple l’ ADN sans les millions de molécules d’eau qui la structurent – et sans lesquelles son fonctionnement est altéré. « Il faut non seulement remettre l’eau au cœur du vivant mais au centre du débat sur la conscience. Si nous sommes faits essentiellement d’eau, celle-ci joue forcément un rôle dans l’émergence de nos capacités psychiques », appuie Marc Henry.

H2O fait des vagues

Fuyant la solitude, H2O cherche constamment à tisser des liens. Zoomer sur une goutte d’eau est comme regarder une ruche au moment de son activité la plus intense. Ca grouille de connections qui se font, se défont, se refont toutes les 10-12 secondes. C’est d’une rapidité extrême. Et c’est là que l’énigme affleure. Au cœur de cette plasticité relationnelle incroyable, apparaissent des phénomènes de synchronisation déconcertants. Tels les poissons d’un banc agissant à l’unisson, les oiseaux d’une volée homogène, nos molécules d’eau vont parfois opérer de manière coordonnée. En un instant, elles se mettent toutes à s’orienter dans la même direction et à avoir le même comportement. « En physique quantique des champs, cela s’appelle une cohérence de phase : un nombre de molécules d’eau, impossible a compter car fluctuant, se comporte comme un groupe cohérent pendant un certain temps », détaille le Pr Henry. Nos molécules d’eau semblent surfer sur des vagues invisibles. (…)

la suite se trouve sur :
http://www.inrees.com/articles/Eau-passeuse-conscience/